ISGAP needs your support! Help us fight antisemitism on the battlefield of ideas. All ISGAP international programs, research projects, and publications, are dependent on your support.
ISGAP Flashpoint

Antisemitism, Made in France (2000-2015)

By Marc Knobel | November 25, 2015 | Flashpoint 3

(English translation)

About the Author
Marc Knobel

Marc Knobel is a Scholar of history and Director of Research at the CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France) in Paris, France.

For several years within the contentious field of antisemitism, we have seen a routine emerge of obscene words, selective outrage and blatant antisemitic assaults. But this violence forms part of a more general pattern, starting from the time of the second Intifada (2000) when anti-Jewish violence swept almost simultaneously across France and throughout all Western democracies. Since then, other attacks have shaken the Jewish community, precisely, regularly, and with lasting effect, making places of worship and schools, worshippers, officials and members of the community equally targets.

Antisemitism from 2000-2015

Indeed, since October 1, 2000, more than 8,000 antisemitic acts have been perpetrated in France, including 744 in 2000; 219 in 2001; 936 in 2002; 601 in 2003; 974 in 2004; 508 in 2005; 571 in 2006; 402 in 2007; 397 in 2008; 832 in 2009; 466 in 2010; 389 in 2011; 614 in 2012 and 423 in 2013, according to the Jewish Community Security Service (SPCJ) and the Ministry of the Interior. Throughout 2014 antisemitic acts occurred nearly without interruption. As the SPCJ explains, the tensions resulting from a climate of antisemitic hate and its legacy, and the accumulation of varied antisemitic acts have grown as the months progressed. As a result, the number of antisemitic acts identified in France doubled: 851 acts (compared to 423 in 2013), an increase of 101%. From January to May 2015, antisemitic acts increased further by 84% compared to 2014, and 161% compared to 2013. In other words, 508 antisemitic acts compared to 276 in 2014 and 195 in 2013 over the same period. However, despite the ‘surge’ at the beginning of this year, antisemitic acts were down 1.5% over the first nine months of 2015 compared to the same period in 2014, according to the Minister of the Interior (CRIF National Convention, November 1, 2015) . Nevertheless, this decrease should “still be considered with caution and that is why the State must, under no circumstances, cease in its efforts”. “No antisemitic action must remain unpunished,” said the Minister, “because I know that this threat continues to be a legitimate concern and causes deep unease in the heart of the [Jewish] community”. He recalled the measures taken since the beginning of the year, notably those taken after the attack in January 2015 against the Hypercacher in Porte de Vincennes in Paris (AFP, November 1, 2015).

Questions to Consider

Could it be the case that hostility towards the Jews has developed among certain youth living in so-called sensitive areas who, facing discrimination, are also in search of their identity? Considering that these young people identify with Palestinians, do they therefore associate attacks against Jews with “revenge”? In short, does the Israeli-Palestinian conflict play a key role in antisemitism? Or, is it not also the case that there is, to a certain extent, a pretext that allows the taboo of antisemitism to be continually avoided? Is it the case that Islamists prefer disadvantaged suburbs as a location for disseminating their pseudo ideas? We will set out three hypotheses in order to try to elucidate what constitutes antisemitism.

Hypothesis 1

We must bear in mind that antisemitism gained global prominence in August 2001, in Durban (South Africa), at the UN Conference against racism, xenophobia and intolerance. The Israeli-Palestinian conflict, which had nothing to do with it, engaged all participants.

This conference should have been a time of reflection, an opportunity to review history, the traumas of the past (colonialism and slavery), and the persistence of racism. Instead, during the discussions Israel was accused of “genocide” against the Palestinians, “ethnocide”, and “ethnic cleansing”. What was more ideologically suitable than stigmatizing Israel, “Zionists” or “Jewish extremists” in the name of the fight against racism and antisemitism?

The NGO Forum stirred controversy again by adopting a resolution (September 2, 2001), describing Israel as “a racist State” which was guilty of acts of “genocide” against the Palestinian people. The document, adopted by 6,000 NGOs in 44 interest groups [“caucuses”], called “for an immediate halt to the systematic racist crimes perpetrated by Israel, including crimes of wars, acts of genocide and ethnic cleansing (…) and State terrorism against the Palestinian people” and condemned Israel as a “racist and apartheid State”.

In Durban, antisemitism was stripped of its coarse racist language and replaced by the elegant language of anti-racism, according to the philosopher Pierre-André Taguieff. These “Israelis”, “racists”, is something that is repeatedly stated, especially and primarily by the extreme left, who have made this conflict their raison d’être. Since then, the process of the ‘Nazification’ of Israel has quietly continued in Europe.

Hypothesis 2

Second, some are driven by a sense of hostility to Israel exacerbated by the media coverage of clashes in the Middle East. This feeling of hostility therefore facilitates their projection into the conflict, which in their eyes, seemingly reproduces patterns of exclusion and failure in which they feel themselves to be victims in France.

Some of them have difficulty in accessing employment; they feel discriminated and relegated to the social perimeter. All these reasons (and many others) combine to place the Palestinian cause on center stage – with the ultra-media coverage of the conflict playing a leading role. Mehdi Lallaoui, a leading figure in the grassroots movement, an activist for more than thirty years in the suburbs, and key figure in the Equality March (for rights) started in 1983, explained it very well in 2000: “For me, it is about identification in a world of images. These young people see very violent clashes on TV; they feel solidarity with the Palestinians, and thus attack Jewish symbols in the absence of Israeli targets”.

Malek Boutih, former President of the French anti-racism association, SOS Racism (1999-2003), made the following interesting observation: “Young people have an unstructured discourse. They slide very quickly from anti-Zionism to antisemitism, from Israel to Jews.” It is therefore with insight that community activists warn repeatedly against transplanting the dynamics of the conflict into France and targeting places of worship in the Jewish community (any more than for the Muslim community). They are also issuing a warning, because they sense that the attacks could multiply.

Is there some sort of ‘culture’ of antisemitism in certain suburbs? This question is difficult to answer. Yet, some youth are targeting specifically Jewish targets (schools, places of worship, shops, individuals). In an interview (Le Figaro, August 4, 2014), the essayist Pascal Bruckner explained: “For the first time, seventy years after the end of World War II, we have seen young people shouting ‘death to the Jews’ in the heart of Paris. … However, I believe that the Israeli-Palestinian conflict is only a pretext. Demonstrating for Palestine is perfectly legitimate, but why destroy bus shelters? It is a cry of hatred and rage, not only against Israel but also against France, a country in which they do not feel integrated; they belong neither in France nor elsewhere. They are perfect prey for radical Islam. Imams are able to ignite these crowds of poor, unemployed people, who [are] … only seeking a target to express their rage. In the Place de la République, on July 27, demonstrators prayed in the streets … clearly wanting to illustrate that where there are Muslims, there is Islamic territory. Praying on the streets is prohibited, and it took Marine Le Pen (President of the extreme right party, the National Front) to state this prohibition in order for the politicians to react; it was a gift handed to the National Front”.

Hypothesis 3

In our book Haine et violences antisémites, une rétrospective 2000-2013, we discuss the embarrassment and discomfort of politicians and the media to the idea of denouncing antisemitic acts under the pretext that some could have been committed by Muslims. Yet, when an individual acts on behalf of a religion, an identity or an ideology that is detrimental to another individual because of his religion, identity or ideology the public must be informed. It would, however, be clearly offensive to attribute the violence committed by some individuals to the entire Muslim community.

That said, What is Going On?

One cannot blame Arab Muslims for supporting the Palestinian cause. Everyone is free to express his point of view, support a cause and show solidarity. The Israeli-Palestinian conflict is extremely important to Muslims who self-identify with the “oppressed” and thus with the Palestinians, and who, all things being equal, make reference to the discrimination to which they have, from their experience, been subjected to in France for decades. They therefore become engaged whenever the question of this conflict arises much more so than they are interested in other conflicts, some in which Muslims have been or are being ferociously massacred (sometimes by other Muslims): Iraq, Chechnya, Kashmir, Bosnia, Syria etc.

It is enough to compare how many demonstrations have been organized for Syria, and how many for Gaza. But is this focus not excessive? Let us say at the outset, there is a risk when one moves away from rational, democratic debate toward passionate discourse. By frequently reading, hearing, and talking about how Israelis behave like monsters (or Nazis); conversely, by idealizing the Palestinian cause as the people’s struggle, some could apply the root of the problem to the Jews, in the absence of Israelis. To “avenge” their Palestinian brethren, these individuals attack Jews.

In this context, sociologist Didier Lapeyronnie notes that antisemitism seems to accompany the formation of the ‘ghetto’ and constitutes one of the manifestations of withdrawal of a section of the population into itself, even if antisemitic feeling – very fortunately – does not spread in a generalized fashion through these neighborhoods. According to Lapeyronnie, the internal social life of neighborhoods is marked by a strong withdrawal, the search for “self-segregating” protection, which results in the implementation of a ‘social order’ that is specific to suburbs, a social order marked by a strong segmentation between the groups, a lack of communication between sexes, the ethnicisation of identities and the growing importance of religion.

The Persistance of Stereotypes

New anti-Jewish passions also feed negative stereotypes that have been inherited from old-style European antisemitism, where resentment is one of its major stimulants: “The Jews have the power”, “they control the media”, “they’re everywhere”, “they occupy all positions of power”, “they have everything, we have nothing”; all these miserable fantasies have been often heard and rehashed for many centuries, as explained so well in La Judéophobie des modernes (Paris, Odile Jacob, 2008), by the philosopher Pierre-André Taguieff. One can also add that in the contemporary collective psyche, the Jews are perceived to be far less vulnerable than they were in the past. A number of our compatriots therefore think they are protected. Indeed, do not certain presidents or prime ministers remind us that attacking Jews is like attacking France? We read that Jews are threatened but some say, so what? Do they not also threaten the Palestinians?  What are we really talking about, then. Is there really antisemitism? Is that antisemitism? And we come full circle. In sum, does the conflict explain everything? No. It can explain some things, but not the desire to battle with Jews in France anytime there are rumblings in Gaza. In the end, it is Malek Bouthi who rightly says, “They slide very quickly from anti-Zionism to antisemitism, from Israel to Jews.”

French President François Holland repeatedly condemned antisemitism and conspiracy theories in his speech at the Memorial of the Shoah in Paris (January 27, 2015). “To fight an enemy, it is first necessary to know it and to name it. The face of antisemitism has changed. It has not lost its thousand year old roots. Some of its notions have not changed since the dawn of time: conspiracy, suspicion, falsification”, he said during a tribute to the 76,000 Jews of France deported under the Vichy regime. “But today, it also feeds on hatred of Israel. It is a carrier for the conflicts of the Middle East. It establishes in an obscure fashion the guilt of the Jews with regard to the misfortune of its peoples. It maintains conspiracy theories that spread without limit. Even those that have led to worse”. And he insisted on the need to “realize that conspiracy theories are spread via the internet and social networks”. However, we must remember that it was first by words that preparations for extermination were made.

Faced with this rise in antisemitism, it is imperative to free the Jews from this climate of anxiety and fear in which they have found themselves for the last 15 years. Just as it is important for public authorities to continue to raise their voices to counter this surge of antisemitic fever, steps should be taken to methodically identify multiple vectors of hatred and the disturbing rise of antisemitic feelings in certain suburbs, in stereotypes and in tiresome clichés.  But, we must also educate and teach about living together. It is not about theorizing, but remembering the foundations and values of the Republic: France carries a universal message and its identity is multi-faceted. And, Jews, like their fellow countrymen, are firmly attached to the values of liberty, fraternity, equality, of living together and an affinity to their homeland. For all the reasons that we list here, we believe that combatting antisemitism, but also racism, is necessary to defend all the values of the Republic and of France.

 

***

 

Depuis plusieurs années, dans le domaine brûlant de l’antisémitisme, nous vivons au rythme de mots obscènes, d’indignations sélectives, d’hurlements et d’agressions antisémites caractérisées. Mais, les violences s’intègrent dans un schéma plus général, comme un pli qui débute lors de la seconde Intifada (2000). Une violence antijuive déferle alors de façon quasi simultanée en France et dans toutes les démocraties occidentales. Depuis, d’autres agressions ont secoué la communauté juive, ponctuellement, régulièrement, durablement, faisant des lieux de culte et d’écoles, des fidèles, de certains responsables ou membres de la communauté, autant de cibles vulnérables. Citons à cet égard ce seul chiffre et il est effrayant: près de 8000 actes antisémites (violences et menaces) ont été recensés depuis le 1er octobre 2000, conjointement par le ministère de l’Intérieur et le Service de protection de la communauté juive (SPCJ).

L’antisémitisme de 2000 à 2015

Plus de 8000 actes antisémites ont été perpétrés en France, dont 744, en 2000; 219 en 2001; 936 en 2002; 601 en 2003; 974 en 2004; 508 en 2005; 571 en 2006; 402 en 2007; 397 en 2008; 832 en 2009; 466 en 2010; 389 en 2011; 614 en 2012 et 423 en 2013, selon les sources concordantes du Service de protection de la Communauté juive (SPCJ) et du ministère de l’Intérieur. En 2014, le fait antisémite est prépondérant, quasiment sans discontinuité, la tension issue de ce climat de haine antisémite, la succession et l’accumulation des actes antisémites de natures multiples n’ont fait que croître au fil des mois, explique le SPCJ. C’est ainsi que le nombre d’actes antisémites recensés sur le territoire français a doublé. Il est de 851 actes (contre 423 en 2013), cela représente une augmentation de 101%. De janvier à mai 2015, les actes antisémites ont augmenté de 84% en 2015 comparativement à 2014 et de 161% comparativement à 2013. Soit 508 actes antisémites contre 276 en 2014 et 195 en 2013 sur la même période. Cependant et malgré la « flambée » du début d’année, les actes antisémites ont baissé de 1,5% sur les neuf premiers mois de 2015 par rapport à la même période de 2014, selon le ministre de l’Intérieur (Convention nationale du CRIF, le 1er novembre 2015). Cette baisse doit toutefois « encore être considérée avec prudence et c’est pourquoi l’Etat ne doit en aucun cas relâcher son effort ». « Aucun acte antisémite ne doit rester impuni », a martelé le ministre, « car je sais que cette menace continue à entretenir un sentiment légitime d’inquiétude et de profond malaise au sein de la communauté (juive) ». Il a rappelé les mesures prises depuis le début de l’année, notamment après l’attentat de janvier 2015 contre l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes à Paris (AFP, 1er novembre 2015)

Posons alors quelques questions

L’hostilité à l’endroit des Juifs ne se serait-elle pas développée chez certains jeunes qui vivent dans des quartiers dits sensibles et qui, discriminés sont aussi en quête d’identité? Ces jeunes ne s’identifient-ils pas aux Palestiniens, qu’ils pensent « venger » lorsqu’ils s’en prennent aux Juifs? Bref, le conflit israélo-palestinien joue-t-il un rôle essentiel? Ou bien, ne serait-il pas aussi quelque part un (faux) prétexte qui a fait sauter et de façon durable le tabou de l’antisémitisme? Est-ce que les islamistes feraient des banlieues défavorisées le lieu préféré de diffusion de leurs pseudo-thèses? Pour répondre à toutes ces questions, nous posons ici trois hypothèses de travail afin de tenter de comprendre ce qu’il en est de l’antisémitisme.

Premièrement

Rappelons que l’antisémitisme a conquis son droit de cité planétaire en août 2001, à Durban, en Afrique du Sud, lors de la Conférence de l’ONU contre le racisme, la xénophobie et l’intolérance. Le conflit israélo-palestinien, qui n’avait pourtant rien à y faire, a occupé tous les participants. Cette conférence devait être un moment de réflexion : l’occasion d’un retour sur l’Histoire, les traumatismes du passé (colonialisme et esclavagisme), et la persistance du racisme. Mais voilà… Lors des débats, Israël est accusée de « génocide » visant les Palestiniens, d’« ethnocide », de « nettoyage ethnique ». Quoi de plus idéologiquement convenable que de stigmatiser Israël, les « sionistes » ou les « extrémistes juifs » au nom de la lutte contre le racisme et l’antisémitisme ? Le Forum des ONG relance la polémique en adoptant, le 2 septembre 2001, une résolution qui qualifie Israël « d’Etat raciste » coupable d’actes de « génocide » contre le peuple palestinien. Le document, adopté par 6.000 ONG dans 44 groupes d’intérêt [“caucus”], appelle « à l’arrêt immédiat des crimes racistes systématiques perpétrés par Israël, dont des crimes de guerres, actes de génocide et de nettoyage ethnique (…) et de terrorisme d’Etat contre le peuple palestinien et dénonce Israël comme « un Etat raciste et d’apartheid ». C’est ainsi qu’à Durban, l’antisémitisme s’est dépouillé de sa gangue raciste pour s’énoncer dans la belle langue de l’antiracisme, selon le philosophe Pierre-André Taguieff. « Les israéliens », ces « racistes », dit-on et répète-t-on à l’envie, surtout et avant tout à l’extrême gauche, qui fait de ce conflit sa raison d’être. Depuis, le processus de « nazification » d’Israël poursuit tranquillement sa route en Europe.

Deuxièmement                                                                                                                               

Des individus sont animés par un sentiment d’hostilité à Israël, exacerbé par la médiatisation d’affrontements au Proche-Orient. Ceci facilite (le sentiment d’hostilité) donc leur projection dans un conflit, qui à leurs yeux, reproduit semble-t-il des schémas d’exclusion et d’échec dont ils se sentent eux-mêmes victimes en France.

Certains d’entre eux éprouvent des difficultés dans l’accès à l’emploi, ils ont le sentiment d’être relégués socialement et de subir des discriminations. Toutes ces raisons (et bien d’autres) se conjuguent pour conférer à la cause palestinienne une position centrale. Et l’ultra médiatisation du conflit joue un rôle prépondérant. En 2000 déjà, Mehdi Lallaoui, réalisateur, figure du mouvement associatif, militant dans les banlieues depuis plus de trente ans et figure de la Marche pour l’Égalité (des droits) organisée en 1983, l’explique fort bien: « Pour moi, c’est une identification dans un monde de l’image. Ces jeunes gens voient des affrontements très violents à la télé; ils se sentent solidaires et, par amalgame, s’attaquent à des symboles juifs, à défaut de cibles israéliennes », déclare-t-il. Quant à Malek Boutih, ancien Président de l’association antiraciste française SOS Racisme (1999-2003), il a cette observation très intéressante: « Les jeunes ont un discours déstructuré. Ils glissent très vite de l’antisionisme à l’antisémitisme, d’Israël à Juifs. » Avec lucidité donc, des militants associatifs répètent que l’on ne doit pas importer le conflit en France et que l’on ne saurait viser des lieux de culte de la communauté juive (pas plus que de la communauté musulmane). Ils lancent aussi un avertissement, parce qu’ils pressentent que les agressions pourraient se développer. Alors, n’y aurait-il pas là d’autres raisons? N’y aurait-il pas une sorte de “culture” de l’antisémitisme dans certaines banlieues?

Cette question est difficile, nous en convenons. Mais, certains jeunes s’en prennent à des cibles juives (écoles, lieux de cultes, magasins, particuliers, etc.). Dans un entretien (Le Figaro, 4.08.2014), l’essayiste Pascal Bruckner l’explique. « Pour la première fois, soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, on a vu des jeunes gens crier «morts aux juifs» en plein Paris. C’est une scène qui fait froid dans le dos. Pourtant, je crois que le conflit israélo-palestinien n’est qu’un prétexte. Manifester pour la Palestine est parfaitement légitime,

mais pourquoi casser des abribus? C’est un cri de haine et de rage, non seulement contre Israël, mais contre la France, à laquelle ils ne se sentent pas intégrés; ils ne sont ni de France ni d’ailleurs. Ils sont des proies idéales pour l’islam radical. Des imams finiront par enflammer ces foules de déshérités, de chômeurs, qui n’ont pas de culture propre et ne cherchent qu’une cible pour exprimer leur rage. Place de la République, le 27 juillet, les manifestants ont fait leur prière de rue par terre, ce qui veut dire très clairement: là où sont des musulmans, là est la terre d’islam. Les prières de rue sont interdites, il a fallu que Marine Le Pen (Présidente du parti d’extrême droite, le Front national) le dise pour que nos politiques réagissent, cadeau formidable fait au Front national. »

Troisièmement

Justement, dans notre ouvrage (Haine et violences antisémites, une rétrospective 2000-2013, Berg International Editeurs, 2013, 350 pages) nous évoquons cette gêne des politiques et des médias, embarrassés à l’idée de dénoncer les actes antisémites sous prétexte que certains  auraient pu être commis (peut-être et aussi) par quelques musulmans. Il s’agit là d’un point particulièrement compliqué, certes susceptible de susciter une polémique. En ce qui nous concerne, nous pensons que, quand un individu agit au nom d’une religion, d’une identité ou d’une idéologie pour porter préjudice à un individu en raison de sa religion, de son identité ou de son idéologie, le public doit en être informé. Mais nous tenons absolument à éviter tout amalgame. Il serait en effet particulièrement choquant de faire porter à la communauté arabo-musulmane de France les violences commises par DES individus. Des brebis galeuses, il y en a partout, nous ne le répéterons jamais assez.

Ceci étant dit. Que se passe-t-il?

On ne peut reprocher à des arabo-musulmans de soutenir la cause palestinienne. Chacun est libre d’exprimer son point de vue, de soutenir une cause et d’affirmer une solidarité. Disons-le alors clairement: le conflit israélo-palestinien est fortement ancré chez les musulmans qui s’identifient aux « opprimés », donc aux Palestiniens, qui toutes proportions gardées, les renvoient aux discriminations dont ils sont ou pensent être l’objet en France, depuis des décennies. Ils réagissent donc dès lors qu’il est question de ce conflit, bien plus qu’ils ne s’intéressent ou s’émeuvent d’autres conflits ou des musulmans ont été ou sont massacrés férocement (quelquefois par d’autres musulmans): l’Irak, la Tchétchénie, le Cachemire, la Bosnie, la Syrie…

Il suffit de comparer: combien de manifestations ont-elles été organisées pour la Syrie …et pour Gaza? Mais cette focalisation n’est-elle pas excessive? Disons-le d’emblée, il y a un risque lorsque l’on quitte le terrain du débat (démocratique) et qu’on se laisse éventuellement attirer par des discours enflammés. À force de lire, d’entendre, et finalement de rabâcher que les Israéliens se comportent comme des monstres (ou des nazis); à force, à l’inverse, d’idéaliser la cause palestinienne, érigée en nouvelle lutte des peuples, certains esprits (faibles) pourraient s’en prendre à défaut d’Israéliens, aux Juifs. Ces malheureuses cibles sont assimilées aux Israéliens, c’est-à-dire aux oppresseurs. Pour « venger » leurs frères palestiniens, ils frapperont alors des Juifs. A cet égard, le sociologue Didier Lapeyronnie remarque dans ses travaux que l’antisémitisme semble bien accompagner la formation du « ghetto » et constituer l’une de ses expressions, l’une des manifestations du repli d’une partie de la population populaire sur elle-même, même si le sentiment antisémite -fort heureusement- ne se généralise pas dans la population de ces quartiers. Selon lui, la vie sociale interne des quartiers est marquée par un fort repli, la recherche d’un « entre soi » protecteur qui se traduit par la mise en place d’un « ordre social » spécifique aux quartiers de banlieues, ordre social marqué par une forte segmentation entre les groupes, l’absence de communication entre les sexes, l’ethnicisation des identités et le poids croissant de la religion.

La persistance des stéréotypes

Les nouvelles passions antijuives se nourrissent également des stéréotypes négatifs hérités du vieil antisémitisme populaire à l’européenne, où le ressentiment trouve ses principaux stimulants: « Les Juifs ont le pouvoir », « ils dirigent les médias », « ils sont partout », « ils ont toutes les places », « ils ont tout, nous n’avons rien », toutes ces horreurs et les fantasmes misérables entendues ici ou là et ressassées (hélas) depuis des siècles, comme l’explique si bien dans La Judéophobie des modernes (Paris, Odile Jacob, 2008), le philosophe Pierre-André Taguieff. Ajoutons que dans l’imaginaire collectif contemporain, les Juifs sont perçus comme étant bien moins vulnérables qu’ils ne l’ont été par le passé. Un certain nombre de nos compatriotes pensent donc qu’ils sont protégés. Exemple? Les présidents ou les Premiers ministres ne rappellent-ils pas que s’attaquer à un Juif, ce serait s’attaquer à la France? Les Juifs sont menacés, lit-on ici ou là, et alors? rétorquent certains. Ne menacent-ils pas eux aussi les Palestiniens (sic)? Et puis, de quoi parle-t-on au juste, lit-on encore ici ou là. Y-aurait-il vraiment de l’antisémitisme? Est-ce de l’antisémitisme? Et la boucle est ainsi bouclée. Bref, le conflit explique-t-il tout? Non. Il peut expliquer certaines choses mais pas cette envie d’en découdre forcément avec les juifs en France, lorsque cela gronde à Gaza. Finalement, c’est Malek Boutih qui a raison: « les jeunes glissent très vite de l’antisionisme à l’antisémitisme, d’Israël à Juifs ».

Sortir les citoyens de confession juive du climat d’angoisse et de peur

Le Président de la République, François Hollande, a évoqué et pourfendu à plusieurs reprises mardi 27 janvier 2015 la thématique du complot et celle de l’antisémitisme lors de son discours au Mémorial de la Shoah, à Paris. « Pour combattre un ennemi, il faut d’abord le connaître et le nommer. L’antisémitisme a changé de visage. Il n’a pas perdu ses racines millénaires. Certains de ses ressorts n’ont pas changé depuis la nuit des temps: le complot, le soupçon, la falsification », a-t-il dit lors d’un hommage aux 76.000 juifs de France déportés sous le régime de Vichy. « Mais aujourd’hui, il se nourrit aussi de la haine d’Israël. Il importe ici les conflits du Moyen-Orient. Il établit de façon obscure la culpabilité des juifs dans le malheur des peuples. Il entretient les théories du complot qui se diffusent sans limite. Celles même qui ont conduit au pire », a-t-il ajouté. Et d’insister sur la nécessité de « prendre conscience que les thèses complotistes prennent leur diffusion par internet et les réseaux sociaux. Or nous devons nous souvenir que c’est d’abord par le verbe que s’est préparée l’extermination ».

Face cette montée de l’antisémitisme, il est urgent de sortir les citoyens de confession juive du climat d’angoisse et de peur dans lequel ils se trouvent depuis 15 ans. Tout comme il est important que les pouvoirs publics continuent d’élever la voix pour contrer cette poussée de fièvre antisémite. Il convient de désigner méthodiquement les multiples vecteurs de haine et l’inquiétante montée de sentiments antisémites dans certaines banlieues, les stéréotypes et les clichés nauséeux.  Mais, il faut aussi éduquer et enseigner le vivre-ensemble. Il ne s’agit pas de théoriser, mais de rappeler les fondements et les valeurs de la République : la France est porteuse d’un message universel et son identité est plurielle. Et, comme nos compatriotes, nous sommes fermement attachés aux valeurs de liberté, de fraternité, d’égalité, du vivre ensemble et d’attachement à la Patrie. Pour toutes les raisons que nous énumérons ici, nous estimons que combattre l’antisémitisme mais aussi le racisme c’est forcément défendre toutes les valeurs de la République et de la France.


Marc Knobel is a scholar of history and Director of Research at the CRIF (Conseil Représentatif des Institutions juives de France). His recent publications include: L’internet de la haine (Paris, 2012); Haine et violences antisémites; Une rétrospective 2000-2013 (Paris, 2013); L’indifférence à la haine, racisme et antisémitisme, (Paris, 2015).

Marc Knobel est historien, directeur des études au CRIF. Il a publié récemment L’internet de la haine, (Paris, Berg, international éditeurs, 2012, 182 pages) ; Haine et violences antisémites. Une rétrospective 2000-2013 (Paris, Berg international éditeurs, 2013, 355 pages). Il publie en novembre 2015, L’indifférence à la haine, racisme et antisémitisme, (Paris, Berg international éditeurs, 2015, 165 pages).

 

Flashpoint is designed to foster discussion and public debate about critical issues related to current developments in global antisemitism.
The opinions expressed here are those of the author(s) and do not necessarily reflect the views of ISGAP, its other scholars, its officers or the members of its Boards. The reproduction of materials is allowed with proper acknowledgement.